ENDACACID


Ce programme vise, à contribuer à la levée des barrières tarifaires entre les Etats de la région et à supprimer les entraves à la libre circulation des biens et des personnes. L’Afrique de l’Ouest est en effet marquée par de nombreux goulots d’étranglement qui freinent le développement des échanges communautaires. Ces problèmes s’expliquent à la fois par un manque de volonté politique de certains Etats pour appliquer les règlements et décisions régionaux ainsi que par un manque d’éducation et de sensibilisation des citoyens de la région sur leurs droits et leurs obligations dans ce domaine. 



Objectifs spécifiques
En mettant en place ce programme dans le contexte actuel de négociation d’un accord de libre-échange avec la CE, ENDA souhaite développer des instruments de plaidoyer pour à la fois rechercher les alternatives à l’APE et au libre échange de façon générale, et renforcer les échanges et les marchés locaux dans le cadre de l’intégration régionale. 

Ce plaidoyer devra avoir pour effet de :                                         

  1. protéger les filières sensibles du marché intérieur,
  2. diversifier la production et l’offre de produits en quantité et en qualité
  3. négocier et adopter un Tarif extérieur commun (TEC) approprié qui prend à la fois en compte le souci de certains Etats de protéger l’industrie naissante et celui d’accéder à des produits bon marché  pour d’autres,
  4. lancer une réflexion régionale sur la question de l’intégration monétaire et identifier son impact sur le commerce et l’économie en général,
  5. Mettre en place et promouvoir des systèmes d’information sur les opportunités du marché régional et de son potentiel en terme de croissance et de développement ;  



Résultats attendus

Les obstacles administratifs, institutionnels, juridiques et sociaux à la libre  circulation des biens et des personnes sont identifiés et éliminés progressivement ;

  1. La région fait des avancées mesurables vers la création d’une région sans frontière conformément à la vision CEDEAO 2020,
  2. La société civile s’implique davantage dans les actions et plaidoyer pour le renforcement des échanges intra-communautaires ;
  3. Des personnes sont formées pour sensibiliser sur ces questions
  4. Les études et analyses appropriées sont menées sur les secteurs importants du commerce intra-régional ;
  5. Un suivi de l’évolution du commerce intra-communautaire est effectué à travers la production d’un rapport annuel sur le commerce en Afrique,