ENDACACID


Après 2015 : en route vers le développement durable ?

L’année 2015 constitue sans aucun doute une année charnière pour la gouvernance globale, ou l’entrée dans une « nouvelle ère », pour reprendre les termes du Secrétaire général des Nations Unies Ban Ki-Moon. Avec l’adoption d’un nouveau programme global pour le développement, intitulé « Transformer notre monde : le Programme de développement durable à l’horizon 2030 », les dirigeants mondiaux ont doté la planète d’une nouvelle série de priorités, dont la réalisation comporte autant d’opportunités que de défis. À la fin de l’année, c’est du côté de Paris que tous les regards se tourneront, pour l’adoption d’un nouvel accord sur le climat. Là aussi, les obstacles à surmonter seront considérables.  

S’il est vrai que les progrès accomplis depuis l’adoption des Objectifs du Millénaire pour le développement sont substantiels, force est de constater qu’ils sont inégaux, que ce soit entre les différents objectifs ou entre les pays. Dans la quête mondiale vers le développement durable, beaucoup de chemin reste à parcourir. Au final, 2015 restera-t-elle gravée dans les mémoires comme l’année où la communauté internationale a enfin semé les germes d’un avenir prospère et durable pour tous ? Ou bien, au contraire, se rappellera-t-on de cette année comme celle des occasions manquées ?

Dans ce numéro de Passerelles, Ricardo Meléndez-Ortiz, Directeur exécutif d’ICTSD, revient sur l’évolution de l’architecture de la gouvernance économique mondiale au cours des deux dernières décennies. Selon lui, si l’on souhaite que le changement tant convoité se matérialise au cours de la période de l’après-2015, il faudra impérativement s’assurer que les systèmes du commerce et de l’investissement soient au service du développement durable.

S’agissant de la question du climat, le temps est encore aux négociations. Mais à l’heure où les pourparlers climatiques devraient commencer à s’intensifier, il paraît légitime de se demander quelles seraient les conditions pour que le Sommet de Paris soit un succès. C’est à cette question que tente de répondre Tosi Mpanu-Mpanu dans son article, en soulignant les caractéristiques que devrait selon lui comporter le nouvel accord climatique.

Ce numéro inclut également une contribution dédiée à la question du coton. Présentant les résultats d’une étude publiée par ICTSD, les auteurs estiment que la loi agricole américaine de 2014 devrait avoir d’importants effets de distorsion des échanges, ce qui s’avère très problématique pour nombre de pays en développement, notamment en Afrique de l’Ouest.   

Enfin, l’article de Jodie Keane s’intéresse aux approches régionales de l’aide pour le commerce, qui sont de plus en plus utilisées. L’auteure appelle au développement de meilleures connaissances concernant l’impact de ces stratégies.

Continuez à suivre l’actualité sur le commerce et le développement durable en Afrique sur le site web de Passerelles. Vous pouvez désormais aussi nous suivre sur Facebook et Twitter !

L’équipe de Passerelles

 

Buy Vytorin

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir