ENDACACID


Le Centre Africain pour le Commerce, l'Intégration et le Développement (Enda CACID), initiateur de la  "Maison des Citoyens de la CEDEAO" a organisé à Ziguinchor du 25 au 29 Mai 2016  la seconde édition de la "Semaine de la CEDEAO". Cette initiative a permis, à travers la célébration de la date anniversaire de la CEDEAO le 28 Mai, à renforcer le processus d'intégration des peuples, la citoyenneté communautaire et la libre circulation au sein des l'espace régional. Cette Semaine de la CEDEAO  a offert  aux acteurs du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée Bissau et d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest un espace de mobilisation, d'échange d'idées et de réflexions sur les enjeux importants de l'intégration régionale.

Cette seconde édition de la Semaine de la CEDEAO à Ziguinchor s’est  déroulée dans un contexte tout particulier avec la levée  du blocus sur la transgambienne. « Je tiens personnellement à vous informer que le blocus transgambien est levé » a précisé  le Docteur Cheikh Tidiane  Dieye, le Directeur executif d’ENDA CACID après avoir  souhaité la bienvenue à toute l’assistance. Dans son discours M Dieye est revenu sur le choix de Ziguinchor  pour fêter la semaine de l’intégration régionale.  La position géographique de Ziguinchor est unique ; ville carrefour entre deux pays membres de la CEDEAO «  Guinée Bissao » c’est d’ailleurs ce qui justifie que la Maison des Citoyens de la CEDEAO soit implantée  à Ziguinchor a t-il précisé. Abondant dans le même sens les représentants  de la délégation gambienne et bissau guinéenne  ont tous salué le choix de Ziguinchor pour abriter la Maison des citoyens de la CEDEAO dont la mission est de renforcer le processus d'intégration des peuples, la citoyenneté communautaire et la libre circulation au sein des l'espace régional. Pour sa part  la représente du Ministère de l’Intégrations Africaine Madame Gueye a félicité et encouragé ENDACACID  pour ses nombreuses initiatives menées au quotidien pour renforcer le processus d’intégration. 

Ces différentes interventions seront suivies du discours de l’adjoint du Gouverneur de la ville de Ziguinchor qui a adressé un message de félicitation, d’encouragement à ENDA CACID  pour ses efforts consentis dans le renforcement de l’intégration des peuples. « L’intégration est certes une volonté des Etats, des dirigeants mais elle est toujours réalisée par le peuple » a-t-il précisé  avant de déclarer ouverte la semaine d’intégration en  exhortant les états membres de la CEDEAO à œuvrer pour que les peuples s’approprient l’intégration.

Avant le démarrage  des travaux de la  semaine d’intégration un message des enfants de la CEDEAO en l’endroit des chefs d’Etats de la Gambie et du Sénégal a été lu devant toute l’assistance. Ces enfants ont félicité les deux chefs d’Etats pour avoir répondu favorablement à leur  appel lancé le 04 Avril dernier pour la réouverture de la frontière. Ils ont invité les deux pays à maintenir la concertation afin que de pareilles situations ne se reproduisent.

 La seconde édition de la semaine de l’intégration a été ponctuée par une série d’activités I : forum public, conférence, ateliers d’informations et de formations, tournoi de football, caravane et randonnée. Ces activités ont été largement couvertes par la presse II

 

I. Présentation des activités
Offrir aux acteurs du Sénégal, de la Gambie, de la Guinée Bissau et d'autres pays de l'Afrique de l'Ouest un espace de mobilisation, d'échange d'idées et de réflexions sur les enjeux importants de l'intégration régionale tel est l’objectif recherché par Enda CACID à travers cette semaine de l’intégration régionale. Pour atteindre cet objectif de mobilisation et d’échanges Enda CACID a mené une série d’activités accompagnées d’intenses actions de communication : forum public, conférence, ateliers d’informations et de formations, tournoi de football, caravane et randonnée.


A.    Forum public sur la Libre circulation des marchandises et des personnes, un facteur de paix, d'émergence et de développement en Afrique de l'Ouest".
Les travaux de la semaine ont démarré par  un Forum Public sur le thème: " La Libre circulation des marchandises et des personnes, un facteur de paix, d'émergence et de développement en Afrique de l'Ouest".

Ce forum a réuni plus de 120 participants composés des autorités  administratives, chefs coutumiers et religieux, délégués de quartier de Ziguinchor,  les élus locaux et les différentes délégations des pays de la Gambie et de la Guinée Bissau, les étudiants les journalistes entre autres acteurs.


Les participants ont échangé sur les thématiques suivantes qui ont été aminées par d’imminents experts : 
 

  • Ressorts historiques et sociaux de l’intégration régionale en SEGABI : 
    Ce sujet a été présenté par M.  Nouha Cissé historien notable à Ziguinchor. Dans son exposé il est revenu les liens historiques et culturels qui unissent les trois peuples de la Gambie du Sénégal et du la Guinée bissau avec le royaume du Gabu. Il souligne en effet que l’intégration des trois peuples a précédé l’intégration des états à travers la CEDEAO. Il n’y avait pas de frontière entre les trois peuples a-t-il précisé. Abondant dans le même  sens   Monsieur Ahmed Loum de la délégation gambienne est revenu sur le blocus de la transgambienne pour préciser que la frontière entre le Sénégal et la Gambie étaient certes fermées mais une chose est claire, les liens qui existent entre les deux pays n’étaient pas fermées et ne fermeront jamais. Monsieur Loum affirme que ces trois pays ont beaucoup de traits communs, les mêmes patronymes et les mêmes groupes ethniques. Donc, pour lui les valeurs socioéconomiques qui lient ces trois pays ne disparaitront jamais.  
     

  • L’intégration facteur de paix et de stabilité entre les peuples ouest-africains. 
    Pour mettre en relief  les deux phénomènes que sont l’intégration et la paix en tant que facteur de stabilité politique le Professeur Fatou Sow Sarr  dans son exposé a démontré que les deux  peuvent se réguler mutuellement car la paix a un impact sur la stabilité politique qui favorise le processus de d’intégration régional qui lui même est un facteur de stabilité politique. Par conséquent ces deux éléments sont indispensables pour conduire à la création de richesse et de développement économique, mais aussi social et culturel.

    Au delà  de la croissance et de l’économie l’intégration régionale est un facteur essentiel de paix et de stabilité.  En effet l’intégration régionale permet d’éviter toute tension entre pays membres, car un processus effectif d’intégration régional créé par sa nature même des liens économiques et politiques suffisamment forts entre pays membres pour que les intérêts bien compris de ces derniers leur dictent le choix de la raison et du compromis. Sous ce regard l’intégration régionale en Afrique est une nécessité impérative. Elle n’est pas seulement la meilleure solution, elle est la seule solution viable dans le contexte actuel  marqué par des conflits en Afrique qui naissent plus souvent de situations marquées par des tensions entre parties adverses, et aux intérêts antagonistes a souligné Madame Sarr.

    Toutefois pour que l’intégration contribue efficacement à bâtir la paix et la stabilité en Afrique en générale et au niveau sous régionale en particulier, il faut réduire les inégalités sociales et promouvoir la démocratie à travers le respect  des institutions gage de relations apaisées ont convenu les participants.

  • L’intégration comme moteur de l’émergence et du développement économique L’exemple : l’anacarde, une filière d’intégration et de développement en région SEGABI. 
    La filière cajou est devenue au cours des dernières années un moteur de développement et un vecteur de rapprochement des peuples dans le sous espace de la Gambie du Sénégal et de la guinée Bissau. En effet  avec l’augmentation du prix du kilogramme qui tourne autour du  de 700f le cajou est devenu une richesse pour les populations  qui vivent de cette filière. Au-delà de son aspect économique le cajou est aussi devenu au fil des années un moteur d’intégration des peuples. En effet    des populations de la Guinée Bissau viennent au Sénégal ou en Gambie pour y trouver du travail (Octobre à Février) afin de financer l’entretien de leurs plantations.  Des populations quittent aussi  le Sénégal et la Gambie (Mars à Juin) pour travailler dans les plantations de cajou en Guinée Bissau.  Il n’est pas rare de voir tout au long des frontières, des populations posséder des champs d’anacarde dans l’autre pays voisin 

 

B. Conférence publique sur "le commerce et sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest



Forum du mercredi est suivi, le 26 Mai, par une Conférence publique sur le thème " Commerce et sécurité alimentaire en Afrique de l'Ouest" occasion saisie par Enda CACID pour  lancer son Rapport 2016 sur " L'état du commerce en Afrique de l'Ouest.La conférence publique a été animée par le Dr Bio Goura SOULE sous la modération  de Monsieur Cheikh  T. Dieye, le directeur exécutif  d’ENDACACID.  

Prenant la parole M SOULE a tenu d’abord à démontrer  la relation qui peut exister entre le commerce intra régional et la sécurité alimentaire.  La facilitation du commerce intra régional contribuerait sans doute  à assurer la sécurité alimentaire dans la région, a-t-il déclaré. Il précise  que l’insécurité alimentaire qui prévaut dans certaines zones est due en parti à la persistance des nombreux obstacles qui empêchent le développement du commerce intra régional.  

Dans son exposé M SOULE est revenu l’état du commerce intra régional des produits agricole qui demeure très faible en dépit du potentiel dont dispose la région. Les échanges restent dominés par les produits agro pastoraux tels que le bétail dont le Nigeria est le premier producteur. Pour les produits agro alimentaireles céréales tels que le mais, le mil et sorgho sont les produits les plus échangés.

Toutefois le commerce intra régional des produits agricoles reste moins développé au regard de nombreuses barrières : la disparité des politiques commerciales et monétaires, l’insuffisance des infrastructures et de  la logistique «  il est plus facile d’importer de l’Argentine à Dakar que de Dakar à Bamako » la faible valorisation et normalisation des produits.

En dehors de ces limites, d’autres obstacles subsistent notamment les contrôles très fréquents au niveau des corridors et les paiements indus. De tels obstacles freinent la rapidité des échanges et découragent les investisseurs dans cet espace sous régional.

Face à une telle situation des réformes politiques sont requises pour libérer le potentiel commercial agricole de la région. Dans cette perspective la région pourrait s’appuyer sur les   politiques déjà mises  en place. Il en est ainsi du schéma de libéralisation des échanges, et du Tarif extérieur commun entré en vigueur et du programme pour la libre circulation des produits agricoles en Afrique de l’Ouest lancée par les institutions telles que : la CEDEAO, l’UEMOA, USAID avec l’appui de la  Coopération Canadienne. Un tel programme pourrait contribuer à l’accroissement  des volumes et de la valeur des échanges inter communautaires  des produits  agro pastoraux  pour améliorer  la sécurité alimentaire et réduire la pauvreté a conclu M SOULE.

Au cours des débats les différents intervenants  ont insisté sur la nécessité pour les états d’œuvrer à la suppression  des entraves au commerce intra régional pour libérer le potentiel commercial et par ricochet assurer la sécurité alimentaire.


C./ Formation des camionneurs et élus locaux



Les  activités de la semaine d’intégration se sont poursuivies le Vendredi 27 Mai à travers une journée d'information et de formation des élus locaux des principales villes situées sur le corridor Banjul-Bissau (Banjul, Diouloulou, Bignona, Ziguinchor, Sao Domingo, etc.), ainsi que des camionneurs sur les textes de la CEDEAO relatifs à l'intégration régionale et à la libre circulation des personnes et des marchandises. Cette formation a permis à ces acteurs d’acquérir les connaissances sur les droits et obligations des citoyens de la CEDEAO en matière de libre circulation, de résidence et d’établissement, la circulation des produits agréés au schéma de libéralisation des échanges, le contrôle routier des produits transportés par la douane, la balise de géo localisation (avantages et obligations pour le camionneur) la réglementation des   passavants. Au terme de la formation ces acteurs n’ont pas manqué de manifester leur satisfaction. Ils se sont ainsi engagés à œuvrer pour le renforcement de l’intégration. Pour les camionneurs formés ils informeront  et sensibiliseront à leur tour les collègues membres des organisations socioprofessionnelles auxquelles ils appartiennent. Pour les élus locaux ayant bénéficié de la formation, ils se sont engagés à s’impliquer dans la résolution des contraintes de la libre circulation au niveau de leur localité


D.  Les activités sportives et culturelles
Parallèlement aux activités instructives  (sessions de formation, conférences publiques et forum), des animations sportives et culturelles étaient également  au menu de la deuxième édition de la « Semaine de la CEDEAO ». Il en est ainsi :

  • du tournoi de football doté du trophée  de l’intégration
    Ce tournoi a mis en compétition les Asc de Ziguinchor, les communautés guinéennes et gambiennes, les forces de défense et de sécurité, les commerçants, les chauffeurs et transporteurs et le comité régional de développement. Ce tournoi a servi  d’espace  d’échange et de communion entre les différents acteurs sur les enjeux de l’intégration régionale. Ainsi à travers le sport, l’opinion a été mobilisée autour du ballon rond pour célébrer doublement, l’anniversaire de la CEDEAO et la levée du blocus de la transgambienne. Ainsi le monde du sport et de la jeunesse a été mobilisé autour de la problématique de l’intégration, notamment la promotion d’une nouvelle citoyenneté communautaire. Ce tournoi de l’intégration a été un prétexte pour Enda CACID à travers son projet la Maison des Citoyens de la CEDEAO de rapprocher les peuples de la sous-région pour ainsi briser les barrières. L’intégration étant un facteur de paix, d’émergence et de développement, ces moments de sport ont permis aux uns et aux autres de mieux comprendre l’esprit du projet MCC et de saisir les enjeux actuels de l’intégration. Ce tournoi a démontré que le sport est puissant levier pour rapprochement les peuples de la région. 

  • La Randonnée pédestre a servi de cadrede mobilisation citoyenne de toutes les
    catégories socio-professionnelles. À travers les rues de Ziguinchor la population a marché pour l’intégration des peuples, l’ouverture des frontières et la promotion de la libre circulation des personnes et des marchandises. Ainsi les différentes couches de la population de Ziguinchor se sont jointes  à la manifestation, cette randonnée a été une occasion de faire passer quelques messages liés à l’enjeu de respecter les normes communautaires relatives à la libre circulation des personnes et des biens. L’occasion a été également saisie pour faire visiter la Maison des Citoyens de la CEDEAO aux randonneurs afin de mieux comprendre le concept du projet.


  • La caravane de l’intégration, cette caravane a effectué une visite à la frontière Sénégal- Guinée Bissau (Mpack). Ainsi les participants ont magnifié l’exemplarité de la Guinée-Bissau pour la libre circulation dans l'espace CEDEAO à la suite de la suppression de la taxe illicite de 1000 f CFA, ceci  grâce aux actions de la Maison des citoyens de la CEDEAO.
    Ils ont été reçus par le préfet de Sao Domingos qui n’a pas manqué de magnifier les actions menées par la MCC pour une application effective des protocoles de la CEDEAO sur  la libre circulation des personnes et marchandises.

    Le podium musical
    La deuxième édition de la Semaine de la CEDEAO a été également marquée par un concert musical qui a vu les artistes de la sous-région s’exprimer à travers la musique sur ce thème important «  l’intégration des peuples ». La date anniversaire de la CEDEAO (28 Mai) a été mise à profit pour célébrer la fête de l’intégration. La jeunesse a sauté, dansé, chanté au rythme des sonorités sous régionales, criant le mot CEDEAO et intégration. Pour dire que la musique peut relier les peuples de la sous-région

 

II.   la couverture médiatique des activités

La deuxième édition de la semaine de la CEDEAO a fortement été couverte la presse. En effet,  une stratégie et  plan de communication a été déployée pour rendre  visible toutes les activités relatives à l’événement. Au-delà des actions hors médias précitées, la presse a été mobilisée pour relayer l’information et atteindre les masses et la sous-région sur l’organisation de la Semaine de la CEDEAO. La communication médiatique s’est traduite par des spots publicitaires, des temps d’antennes, couvertures en directe de la cérémonie d’ouverture, invités grand format, etc

 

Aperçu des actions de communication

Communication média

 

Couverture médiatique de la Semaine de la CEDEAO

Rubriques

Nbre/Qté

Télévision (Rts, Sen Tv)

2

Radio locales de zig + Rfm, Sud fm, Rts, Zig Fm, walf fm

12

Presse écrite

6

Journalistes

17

 

Diffusion Radio/Spot

Nombre de radios ciblées

2

Durée de la campagne pub /jours

10

Nombre de parution/ jours

4

Campagne d’affichage

Flyers

100

Affiches

50

 

 

 

 

 

 

 

Buy Vytorin

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • Contexte & Justification
  • PROGRAMME OIF 2017
  • DOCUMENTATION
  • LES RAPPORTS
  • Contexte & Justification
  • PHOTO / VIDEOS

Concertation régionale africaine sur le réseau francophone de la coopération Sud-Sud et Tripartite 17-18 Juillet 2017

13 juillet 2017

Dans la perspective de la création du réseau, la seconde concertation vise à mobiliser les acteurs clés de la francophonie, en particulier des pays connus pour leur rôle leaders en tant que pays pourvoyeurs d'aide, pivot ou bénéficiaire de la coopération tripartite, pour un échange ouvert et inclusif sur le concept, les objectifs, missions et résultats attendus du réseau. Plus spécifiquement, il s'agira de: Recueillir les besoins et attentes des pays concernés en matière de coopération tripartite, Échanger sur les synergies et partenariats à développer sur des initiatives/projets de.....

Read more

RELEVE DE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS

20 juillet 2017

RELEVÉ DE CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS 1. En perspective de la mise en place du Réseau des Acteurs Francophones pour la Coopération Sud-Sud Francophonie (OIF), en partenariat avec le Ministère en charge du Commerce de la République du Sénégal, avec l'appui technique du Centre Africain pour le Commerce, l'Intégration et le Développement (CACID), a organisé à Dakar, du 17 au 18 Juillet 2017, une réunion d'information et de partage pour les pays francophones d'Afrique, sur le projet de création dudit réseau. et Tripartite, l'Organisation Internationale de la 2. La concertation a réuni des.....

Read more

Dialogue politique multi-acteurs "Les Forces Motrices du Commerce Intra-régional en Afrique de l'Ouest" 25-26 Avril 2017 Hôtel IVOTEL - Abidjan - Cote d'Ivoire

L'objectif du dialogue est de réunir une masse critique d'acteurs de haut niveau, composée de décideurs politiques au niveau régional et national, d'experts, de leaders du secteur privé, de la société civile, des médias, des universités et centre de recherche et des partenaires au développement pour jeter un regard croisé sur les instruments d'appui au commerce intra-régional dans un cadre d'un dialogue ouvert et inclusif. Ce dialogue vise à donner corps à la volonté du CACID et de ses partenaires, de contribuer à bâtir les "Grands Consensus Régionaux sur les Politiques de la CEDEAO"..

Multi-Stakeholder Policy Dialogue "Drivers of Intra-Regional Trade in West Africa" 25-26 April 2017 IVOTEL Hotel – Abidjan, Cote d'Ivoire

Multi-Stakeholder Policy Dialogue "Drivers of Intra-Regional Trade in West Africa" 25-26 April 2017 IVOTEL Hotel – Abidjan, Cote d'Ivoire BACKGROUND Since its inception in 1975, ECOWAS has adopted a range of instruments to accelerate trade development and set the conditions for economic and social development. As early as 1979, the Community adopted the Protocol on the free movement of goods and persons. This Protocol is one of the most important instruments of regional integration. In the Additional Protocol A/SP2/5/90, the parties claim to be convinced that the free movement of people,.....