ENDACACID

C’est fait. Les 160 pays Membres de l’Organisation mondiale du commerce sont parvenus à conclure le premier accord commercial de cette nature depuis la création de l’organisation en 1995. Les négociations ont été âpres jusqu’à la dernière minute. Lorsque nous nous quittions à 5.30 du matin pour observer une pause de 3 heures, suite à la retentissante déclaration de Cuba et des pays de l’Alba (Venezuela, Nicaragua et Bolivie) rejetant tout le paquet qui semblait faire l’objet d’un compromis quelques heures plus tôt, personne n’espérait plus qu’un accord pourrait encore être possible. Mais le Directeur général de l’OMC et le Président de la Conférence, le Ministre Indonésien du commerce, ont eu la sagesse de reconnaitre que la position exprimée par Cuba ne pouvait être ignorée et qu’il fallait lui trouver un traitement approprié. Les négociations ont été poursuivies et une nouvelle disposition a été introduite dans la Déclaration finale pour prendre en compte la demande Cuba.

Vers 10 heures, lorsqu’après avoir expliqué la démarche qui a permis d’aboutir à l’accord le Président de la conférence frappa son marteau  pour dire «  It is so agreed », les nombreux délégués ont laissé éclater leur soulagement. La magie Bali a donc encore opéré. En ouvrant la Conférence le 3 décembre, le Président Indonésien Sisulo Bambang Yedhoyono  avait dit que Bali exercerait une influence positive sur les négociateurs et que cette ville, appelée « Le matin du monde » par ses habitants, offrirait à l’OMC un nouveau levé du soleil. Il n’avait peut-être pas tord. Mais je crois qu’au-delà de la mystique de Bali, c’est plutôt la volonté, bien réelle, des Membres de l’OMC de sauver l’institution et les talents de négociateur du DG qui ont sauvé la partie. Un échec à Bali aurait fortement discrédité l’OMC et réduit la confiance des membres dans la capacité de l’organisation à réguler le commerce mondial. C’est du moins le message  inlassablement répété par tous ceux qui voulaient obtenir un accord à tout prix.

L’accord obtenu sauve peut-être l’OMC. Mais il est incomplet et déséquilibré. Les Membres  se sont engagés à poursuivre les discussions techniques à Genève pour améliorer certains aspects.

 

Dr Cheikh Tidiane DIEYE

Directeur Exécutif 

ENDA CACID

 

 

 

 

Buy Vytorin

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE / OMC
  • ACCORDS DE PARTENRIAT ECONOMIQUE / APEs