Créé le 17 décembre 2013

La menace brandie par la  Commission européenne pour retirer les préférences commerciales aux pays ACP qui ont signé un APE intérimaire mais ne l’auront pas ratifié avant le 1er octobre prochain semble être prise au sérieux par certains pays concernés notamment le Cameroun. En effet,  le pays vient de signifier par le biais de son ministre de l’Economie, du Plan et de l’Aménagement du territoire, Emmanuel Nganou Djoumessi son intention de ratifier l’accord intermédiaire  signé le 17 décembre 2007 avec l’UE.

S’exprimant en Novembre  au sortir d’une audience avec le Commissaire européen au Commerce, Karel de Gucht, en visite de travail, Emmanuel Nganou Djoumessi, a déclaré qu’en signant l’APE, «le Cameroun respecte ses engagements internationaux et prend des décisions qu’il juge nécessaires pour le bien-être de ses populations». Cette ratification autorisera à notre pays à partir du 1er octobre 2014 l’accès libre en droits et quotas dans le marché de l’espace UE a-t-il poursuivi. Le commissaire européen a pour sa part déclaré que  l’APE est une opportunité qu’il est bon de saisir.

Des positions que ne partagent pas certains acteurs notamment  le patronat, la société civile ainsi que plusieurs observateurs des questions économiques qui se montrent particulièrement critiques vis-à-vis de l’APE qu’ils considèrent comme nocif pour l’économie nationale qui ne sera que perdante dans l’affaire.

D’autres crient au «manque de loyauté» du pays pour les autres membres de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC), une institution qui avait décidé d’une démarche commune face à l’APE dont le Cameroun fut par ailleurs le seul de la sous-région à signer l’accord intermédiaire, le 17 décembre 2007.

Source: Le Cameroun va ratifier l’Accord de partenariat avec UE, Bruxelles.cta.int  05 décembre 2013

 

Publié le 17 décembre 2013
Buy Vytorin