ENDACACID

Lors d’une retraite des négociateurs africains de l’OMC, le Secrétaire exécutif de la Commission économique pour l’Afrique, Carlos Lopes, a déclaré que l’on jugerait des avantages des  négociations commerciales pour l’Afrique par rapport à la  capacité du commerce international à stimuler une transformation profonde des économies du continent. Cette transformation pourrait assurer des emplois à nos jeunes et rehausser  le niveau de vie de million d’Africains pauvres.

Au cours des deux jours de retraite, les participants ont débattu de questions commerciales multilatérales clés, y compris comment l’intégration de l’Afrique dans le marché mondial peut servir au mieux à l’atteinte de l’objectif de la transformation des économies du Continent. 

Selon Lopes, tous les schémas de spécialisation étaient les mêmes : certains vous laissent ancrés dans la production de matières premières basée sur l’industrie extractive qui rappelle la période coloniale, alors que d’autres vous permettent d’exploiter progressivement l’apprentissage par l’action et de grimper dans l’échelle des produits pour arriver à des biens de plus en plus sophistiqués. 

“Nous ne devrions pas nous  concentrer sur le commerce comme une fin en soi, mais plutôt comme un tremplin vers la transformation structurelle. Un tremplin d’autant plus nécessaire que les économies africaines, pour la plupart, représentent des marchés plutôt restreints,” a-t-il déclaré.

Implications des négociations méga-régionales sur l’agenda de Doha

Il a été  démontré que les droits tarifaires entre l’UE et les Etats-Unis étant relativement faibles (moins de 5% en moyenne), une réduction préférentielle supplémentaire n’handicaperait pas les tierces parties. On a fait valoir que les pays en développement et les PMA devaient réfléchir davantage à l’impact réglementaire de tels accords car la nouveauté des négociations méga-régionales par rapport à d’autres accords de libre-échange réside dans le fait qu’elles comprennent un groupe de questions réglementaires qui ne relèvent pas de l’OMC et qui font l’objet de réglementations intérieures.

“Une fois que les négociations méga-régionales sont achevées et que de nouvelles questions réglementaires sont convenues par les pays participants, les nouvelles normes convenues ne seront pas aisées à modifier.” 

La retraite se tenait dans le cadre d’une collaboration convenue entre la Commission économique des Nations Unies pour l’Afrique (CEA) et le Groupe africain par l’intermédiaire de la Mission de l’UA à Genève, pour répondre à des questions ayant trait à la 9ème Conférence ministérielle de l’OMC à Bali. 

Les participants  comprenaient des représentants de l’OMC, de la CNUCED, du Centre du commerce international, ainsi que de South Centre, du Centre international du commerce et du développement durable (ICTSD), et du Centre consultatif sur le droit de l’OMC (ACWUL).

 


Source :
UNECA

 

Buy Vytorin

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE / OMC
  • ACCORDS DE PARTENRIAT ECONOMIQUE / APEs