ENDACACID

Présidé par l’ancien Secrétaire général des Nations-Unies, Kofi Annan, l’Africa Progress Panel a lancé son rapport annuel lors du Forum économique mondial sur l’Afrique, tenu le 8 mai à Abuja, au Nigeria. Selon le rapport de cette année, intitulé « Agriculture, Pêche et Capitaux : le financement des révolutions verte et bleue de l’Afrique », l’Afrique a le potentiel non seulement de se nourrir elle-même, mais aussi de nourrir d’autres régions. Le rapport constate que les pays africains peuvent réduire la pauvreté et les inégalités en stimulant l’agriculture.

Les auteurs font valoir que le continent jouera, un jour un rôle crucial pour aider le monde à répondre à la demande globale de produits alimentaires, qui selon les prévisions, sera multipliée par deux d’ici 2050.

« Après plus d’une décennie de croissance, il y a beaucoup de raisons de se réjouir, » a déclaré Koffi Annan, lors de la publication d’un rapport d’évaluation préparé par un groupe d’experts, l’Africa Progress Panel.


« Mais il est temps de se demander pourquoi tant de croissance a fait si peu pour sortir les gens de la pauvreté – et pourquoi une si grande part des abondantes ressources de l’Afrique est gaspillée en raison de la corruption et d’activités d’investissement peu scrupuleuses. » a poursuivi Annan.
« Je pense qu’il est totalement absurde que l’Afrique dépense 35 milliards de dollars pour importer des produits alimentaires, » a déclaré le Ministre nigérian de l’agriculture, Akinwunmi Ayo Adesina au cours d’une discussion sur le rapport.

Pour stimuler la productivité agricole en Afrique, il faudra de meilleures infrastructures, un accès plus large aux services financiers et une plus grande ouverture du commerce intra-africain, constate le Rapport sur les progrès en Afrique.

D’autres recommandations sont également formulées dans ce domaine, notamment, une concentration sur les petits agriculteurs et l’établissement de liens entre l’économie agricole, l’économie rurale non-agricole et les marchés dans les centres urbains. L’intensification des échanges régionaux est présentée comme la clé de la réussite. Les obstacles au commerce – tels que les ententes dans le secteur du transport, les mauvaises conditions de stockage et les mesures non-tarifaires – doivent tous être supprimés.

Les auteurs attirent également l’attention sur le caractère précaire de l’agriculture face au changement climatique, en mettant l’accent sur l’importance de l’accès à des options d’atténuation des risques telles que l’assurance.

Le rapport souligne également la nécessité urgente de mettre fin au pillage des pêcheries et du bois africains.

Selon les estimations des analystes de l’Africa Progress Panel, l’Afrique de l’Ouest perd près de 1,3 milliard de dollars US en raison des activités de pêche illicite, non réglementée et non déclarée. Ils soutiennent également que ces chiffres sous-estiment les pertes réelles, au vu du rôle important que les pêcheries jouent dans le tissu social, économique et environnemental d’un grand nombre de communautés côtières à travers le continent « Dans chacun des cas, des ressources qui devraient servir à l’investissement en Afrique sont gaspillées à travers les activités des élites locales et des investisseurs étrangers, » selon le rapport.  

Source: Rapport de l’Africa Progress Panel 

 

 

Buy Vytorin

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

  • ORGANISATION MONDIALE DU COMMERCE / OMC
  • ACCORDS DE PARTENRIAT ECONOMIQUE / APEs